La construction des docks de Marseille

La construction des docks de Marseille

Les Docks de la Joliette se retrouvent rapidement autour de grands projets d’aménagements et restructurations

Un projet globale pour la joliette

Suite à la réflexion globale sur l’organisation du port menée par Montricher, l’ingénieur en chef du département, et suite aux commissions consultatives organisées par le préfet Suleau avec la ville, la Chambre de commerce et les négociants, les travaux d’habilitation des quais de rive et la construction de docks sont déclarés d’utilité publique en janvier 1853 et approuvés par le ministère en janvier 1856.

Le projet retenu pour les docks de Marseille

Le projet retenu est la construction d’un dock situé en arrière du quai de rive, à côté de la gare de chemin de fer afin de faciliter le transit des marchandises. L’État, détenteur des terrains gagnés sur la mer, demeure propriétaire du dock mais cède la concession de l’entreprise au secteur privé. Pour ce faire, celui-ci organise de janvier à décembre 1853, des adjudications afin que l’entrepreneur proposant la meilleure offre soit choisi. Paulin Talabot, ingénieur polytechnicien et fin homme d’affaire, déjà bénéficiaire de la concession de la gare de chemin de fer, obtient celle du dock d’une surface de 100 000 m2 le 14 octobre 1854.

Le projet adopté pour les docks de Marseille

Après plusieurs remaniements, le projet final est adopté en 1857. La jetée du large étant prolongée et de nouveaux bassins étant créés vers le nord, l’état comme la Chambre de commerce approuvent l’installation des docks à même les quais autour des bassins d’Arenc et du Lazaret pour une capacité totale de 150 000 tonnes.Un élément de taille viendra s’ajouter au projet en 1869. La Compagnie des Docks et Entrepôt de Marseille, fondée l’année même par Talabot, parvient  par un magnifique tour de passe-passe à déplacer la gare de chemin de fer vers les terres afin de gagner de l’espace sur les quais. Sur les terrains gagnés grâce à l’aide de son ami Desplaces, Talabot va faire édifier un gigantesque dock véritablement privé, le «Grand Entrepôt» jumelé à l’Hôtel de la Compagnie des Docks. L’entrepreneur a de beaux jours devant lui.