Le projet Vaudoyer: la Cathédrale de la Major de Marseille

Le projet Vaudoyer: la Cathédrale de la Major de Marseille

L’architecte Léon  Vaudoyer vient en septembre 1852 poser symboliquement la première pierre de l’édifice, annonçant le début de sa construction. Deux travées de l’ancienne Major sont supprimées afin d’ériger la nouvelle cathédrale. Cela faisait plus de deux cent ans que la France n’avait pas construit de cathédrale. De plus Vaudoyer lui prête des dimensions considérables, équivalentes à celle de Saint-Pierre de Rome.

De la modernité pour la Cathédrale de la Major

Le projet de l’architecte Léon Vaudoyer se veut moderne pour cette ville en pleine expansion tout en conservant la mémoire de cette cité antique, alors même que celle-ci est en pleine reconstruction. Il ne veut pas voir disparaître son histoire et son illustre passé, ainsi accorde- t-il  une grande place à l’historicisme. Il fait des recherches sur l’architecture médiévale orientale et occidentale et propose donc pour la cathédrale un style qualifié de Romano Byzantin, proche de celui de la basilique de Notre-Dame de la Garde.

Vaudoyer attaché à l’histoire

Pour lui l’histoire du Moyen Âge débute avec les expériences menées à Byzance où les architectes se libèrent de l’ordonnance classique pour un style réellement nouveau. Cependant il ne veut pas délaisser les traditions architecturales occidentales et opte donc pour ce mélange de styles. Il dira ainsi en 1846 que le « clocher peut être considéré comme la forme symbolique de l’Eglise d’Occident, tandis que la coupole est restée pendant longtemps le type caractéristique de l’Eglise d’Orient. »

Son projet n’est pas au goût de tous

Viollet-le-Duc se plaindra beaucoup du manque d’unité du monument de la Major, sa nef et son déambulatoire lui conférant des allures de grande église de pèlerinage face à ses coupoles rappelant l’art oriental.

Sur un plan en croix latine, la bichromie des façades extérieures en pierre de Cassis et Marbre vert du Var rappellent l’art byzantin. Vaudoyer fait évoluer certaines parties de son projet en fonction des découvertes effectuées sur le site.