Marseille : Aux origines de la cité phocéenne

Marseille : Aux origines de la cité phocéenne

Habité depuis le paléolithique dans les calanques, Marseille est une terre d’accueil qui devra apprendre se protéger.

Marseille, Lieu d’habitat

Lieu d’habitat privilégié comme en témoigne la découverte récente de la Grotte sous-marine Cosquer et ses peintures pariétales paléolithiques vieilles de 28 000 ans, Marseille est considérée comme la ville la plus ancienne de France avec ses 2600 ans d’histoire fondée sous le toponyme de Massalia.

Marseille, Lieu de brassage culturel et d’accueil

Dès le VIème siècle avant J.C., Massalia jette les bases de son port, au nord- est du Vieux-Port actuel. La ville commence alors à prospérer pour devenir un point d’ancrage incontournable en Méditerranée. Assiégée par Jules César en 49 avant notre ère, son esprit d’indépendance lui permet de maintenir ses prérogatives de ville libre grecque jusqu’en 124.

Marseille connaîtra durant le Haut Moyen Âge des temps troubles, envahie et déchirée par des guerres civiles, elle sera touchée à deux reprises par la peste au VIème siècle, perdant une grande partie de sa population.

Dès le XIème siècle la ville connaîtra une prospérité religieuse autour de l’abbaye de Saint-Victor fondée au Vème siècle, ainsi qu’un accroissement de sa population.

Les fortifications de Marseille

La tour Saint-Jean, première étape de la fortification de la rade sera érigée au XVIème siècle par François Ier, conscient de la valeur défensive et privilégiée du site, il fera également construire une forteresse sur l’île d’If.

Louis XIV est à l’origine d’une nouvelle phase de fortification autour de la ville, afin de la protéger mais aussi de la surveiller, les marseillais étant particulièrement rétifs à sa politique. Il demande également à son architecte Vauban de construire les forts Saint-Jean et Saint-Nicolas, de part et d’autre du Lacydon et constitue une puissante flotte afin de soutenir sa politique en Méditerranée. Afin de maîtriser les révoltes des marseillais, le monarque ordonne que les canons soient tournés vers la ville.

En 1720 la peste qui touche le midi de la France décime plus d’un tiers de la population.